Guide d'autodéfense numérique

Normalement, toutes les données auxquelles le processeur doit accéder, et donc tous les programmes et les documents ouverts, devraient se trouver en mémoire vive. Mais pour pouvoir ouvrir plein de programmes et de documents, les systèmes d’exploitation modernes trichent : ils échangent, quand c’est nécessaire, des morceaux de mémoire vive avec un espace du disque dur dédié à cet effet. On parle alors de « mémoire virtuelle », de swap en anglais ou encore d’« espace d’échange ».

Le système d’exploitation fait donc sa petite cuisine pour que le processeur ait toujours dans la mémoire vive les données auxquelles il veut réellement accéder. La swap est ainsi un exemple d’espace de stockage auquel on ne pense pas forcément, enregistré sur le disque dur, soit sous forme d’un gros fichier contigu (sous Microsoft Windows, parfois avec Linux), soit dans une partition à part (avec Linux).

On reviendra dans la partie suivante sur les problèmes que posent ces questions de format et d’espaces de stockage en termes de confidentialité des données.