Guide d'autodéfense numérique

Comme expliqué auparavant, le système d’exploitation utilise, dans certains cas, une partie du disque dur pour venir en aide à sa mémoire vive. Ça arrive en particulier si l’ordinateur est fortement sollicité, par exemple quand on travaille sur de grosses images, mais aussi dans de nombreux autres cas, de façon peu prévisible.

La conséquence la plus gênante de ce système pourtant bien pratique, c’est que l’ordinateur va écrire sur le disque dur des informations qui se trouvent dans la mémoire vive… informations potentiellement sensibles, donc, et qui resteront lisibles après avoir éteint l’ordinateur.

Avec un ordinateur configuré de façon standard, il est donc illusoire de croire qu’un document lu à partir d’une clé USB, même ouvert avec un logiciel portable, ne laissera jamais de traces sur le disque dur.

Pour éviter de laisser n’importe qui accéder à ces données, il est possible d’utiliser un système d’exploitation configuré pour chiffrer la mémoire virtuelle.