Guide d'autodéfense numérique

Après avoir présenté le contexte dans le début de ce cas d’usage, et avoir décidé d’utiliser un système live, reste à mettre cette solution en place… et à étudier ses limites.

Télécharger et installer le système live

Tous les systèmes live ne sont pas particulièrement destinés à des pratiques « sensibles ». Il importe donc de choisir un système spécialement conçu pour (tenter de) ne laisser aucune trace sur le disque dur de l’ordinateur sur lequel il est utilisé.

Si l'on ne dispose pas encore d'une copie de la dernière version du système live Tails, suivre la recette télécharger et installer un système live « discret ».

À partir du premier périphérique Tails ainsi créé, nous allons créer une clé USB dédiée à notre projet. Pour cela, se munir du système live précédemment installé et le démarrer . Suivre ensuite la recette cloner une clé Tails. Suivre alors créer et configurer un volume persistant dans Tails. Activer uniquement l'option Données personnelles.

Installer un éventuel logiciel additionnel

Si l'on a besoin d'utiliser un logiciel qui n'est pas installé dans Tails et que l'on ne veut pas le réinstaller à chaque fois, suivre la recette installer un logiciel additionnel persistant dans Tails.

Utiliser le système live

Chaque fois que l'on souhaite travailler sur notre document, il suffira se menir le la clé contenant notre système live et sa persistance chiffrée pour démarrer dessus. On devra alors activer le volume persistant.

Supprimer le système live

Une fois notre projet terminé et imprimé ou publié en ligne, on peut éventuellement archiver le projet. Il nous faut ensuite supprimer le volume persistant.

Limites

Certaines limites, communes à cette méthode et à celle basée sur l'usage de Windows, sont exposées plus loin.