Guide d'autodéfense numérique

La plupart du temps, ces applications en ligne sont développées de manière plus fermée que les applications libres que l'on peut installer sur son ordinateur. Lorsque Google ou Facebook décident de modifier son interface ou de changer le fonctionnement du service, de « faire du rangement », l'internaute n'a pas son mot à dire.

De plus, l'interactivité de ces applications web implique qu'une partie de leur programme soit exécuté sur l'ordinateur client (le nôtre), à travers des technologies comme JavaScript, Flash, ou encore Java. Ces technologies sont désormais activées, par défaut, dans nos navigateurs, et ceci pour tous les sites. C'est sympa, pratique, moderne. Mais ces technologies posent quelques problèmes quant à la sécurité de nos ordinateurs, et donc quant à la confidentialité de nos données... Il est cependant possible1 de n'autoriser leur usage que site par site, en fonction de la confiance qu'on leur accorde.


  1. Suivant le navigateur qu'on utilise, il existe des extensions, comme noscript, qui permettent de gérer ces paramètres.