Guide d'autodéfense numérique

Le fait que chaque utilisateur puisse mettre en place un relai introduit de la diversité, renforçant ainsi l’efficacité du réseau Tor dans son ensemble. Cependant, les nœuds ne sont pas égaux devant l'attention qu'ils peuvent attirer. Si un relai placé en première ou seconde position d'un circuit Tor ne peut pas trop être dommageable pour Alice, en France, un nœud de sortie est en revanche plus susceptible d'attirer l'attention sur sa connexion. Les flics pourraient s'intéresser à son relai et éventuellement venir perquisitionner chez elle, voire saisir son ordinateur parce qu'ils font une enquête sur quelqu'un qui est passé par son nœud de sortie pour des activités « suspectes ». Il est bien sûr possible de configurer Tor pour que son relai ne puisse pas être un nœud de sortie, et serve uniquement de premier ou de second relai.

Les relais Tor sont considérés légalement comme des routeurs1 et, par conséquent, Alice n'est pas tenue de garder des journaux, c'est-à-dire de garder la trace des communications entre une IP et une autre. C'est une bonne chose car, même si un relai Tor pris isolément ne sait pas grand-chose, si le réseau Tor se trouvait, petit à petit, composé en bonne partie de relais qui gardent des journaux, il serait plus facile de redécouvrir les circuits a posteriori.