Guide d'autodéfense numérique

Pour que les machines qu'on connecte au réseau puissent communiquer avec le protocole IP, elles doivent avoir chacune une adresse IP. Plutôt que de configurer l'adresse IP et les paramètres du réseau manuellement sur chaque machine, des logiciels et protocoles ont été développés pour automatiser cette étape lors du branchement à un réseau, comme par exemple le protocole DHCP1 en IPv4 ou NDP2 (et SLAAC en IPv63).

Pour fonctionner, ce logiciel doit garder en mémoire l'association de telle carte réseau, identifiée par son adresse matérielle, à telle adresse IP. Ce logiciel fonctionne souvent sur un petit ordinateur qui peut se trouver dans le même boîtier que le switch (comme par exemple dans une « box » internet), mais il peut être ailleurs sur le réseau local. Cette correspondance entre l'adresse IP et l'adresse matérielle n'est utile que dans ce réseau local, car elle est liée au protocole physique utilisé en son sein. Ces adresses matérielles n'ont donc aucune raison technique de circuler sur Internet, mais cela arrive tout de même4.


  1. Utilisé dans les réseaux IPv4, DHCP signifie « protocole de configuration dynamique d'hôte » (Dynamic Host Configuration Protocol en anglais).

  2. Wikipédia, 2017, Neighbor Discovery Protocol.

  3. Attribution des adresses IPv6 sur Wikipédia.

  4. L'un des cas où l'adresse matérielle circule sur Internet est l'utilisation de portails captifs, dont on parlera plus tard.