Guide d'autodéfense numérique

Mises à jour : les logiciels évoluent, c'est pourquoi il est vivement conseillé d'utiliser la version la plus à jour de cet outil, qui est disponible sur le site web https://guide.boum.org/.

Durée : quelques minutes.

Nous avons vu dans le premier tome qu'un ordinateur peut être matériellement corrompu. Il peut notamment contenir des keyloggers matériels qui pourraient enregistrer tout ce qui est tapé sur le clavier. Les textes que l'on écrit, des actions que l'on exécute, mais surtout les mots de passe que l'on saisit.

Lorsqu'on a un doute quant à la confiance à accorder à un ordinateur sur lequel on va utiliser Tails, il est possible d'utiliser un clavier virtuel afin de rendre inefficace la récupération des frappes sur le clavier. Attention cependant, cette méthode ne protège pas d'un mouchard qui enregistrerait l' affichage de l'écran.

Utiliser un clavier virtuel dans Tails

Un clavier virtuel est un logiciel ayant l'apparence d'un clavier et qui nous permet de saisir des caractères sans utiliser le clavier matériel de l'ordinateur. Il peut être utilisé avec plusieurs dispositifs de pointage comme une souris, un écran tactile, ou un pavé tactile par exemple.

Le clavier virtuel Florence est installé par défaut dans Tails. Il est automatiquement démarré lors du lancement de Tails et est accessible en cliquant sur son icône en forme de clavier dans la zone de notification en haut à droite de l'écran ou à partir de la vue d'ensemble obtenue en appuyant sur la touche ( sur un Mac), puis en tapant florence et en cliquant sur Clavier virtuel Florence.

Une fois lancé, il suffit de taper ses mots de passe en utilisant sa souris, son touchpad ou tout autre dispositif de pointage.